De Syracuse à Célesteville

Pour nos petites nièces Moïra et Céleste, des petits présents câlins pour leurs saisons, l’une en été l’autre en hiver…

Syracuse Syracuse2 Syracuse3 Syracuse4 Syracuse5Pour Moïra une robe Syracuse de C’est Dimanche, dans un voile de coton vert doublé, le col dans une cotonnade à pommes et un gros ruban de satin au dos pour le chic. Un modèle très agréable et rapide à coudre, sans aucune difficulté particulière, c’est la robe à faire le matin du départ pour glisser dans la valise illico presto. Parfait pour les longs jours chauds et les rêveries estivales, j’espère qu’elle s’y trouvera bien dedans.

Céleste Céleste2 Céleste3Et pour Céleste un doudou en alpaga et velours de coton bio très très doux pour réchauffer les longues nuits d’hiver… Le modèle est de Sarah Elizabeth Kellner, trouvé sur Ravelry. Un peu long et compliqué, mais ça vaut vraiment le coup, c’est très chouette de voir la bête prendre forme sous les aiguilles…

***

Retour en été, et je vous le souhaite, beau, doux, lent, léger… Profitez !

 

 

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 7 commentaires

Bestioles

Je suis tombée sous le charme de ces bestioles à la tendresse et aux visages infinis en feuilletant le livre Tendre Crochet de Tournicote à cloche-pieds. Si simples qu’elles laissent toute la place à l’imagination. Des petites conscience à la Jiminy Cricket, qui se glissent aisément dans la poche ou sous l’oreiller…

2bestioles bestioleabel bestioleolympePour mes grands des petits-doux à bisous pour les moments où je ne suis pas là et qu’il y en a besoin (les baisers y sont tendrement glissés et peuvent se poser à n’importe quel moment).

Léonie4 Léonie3 Léonie2 Léonie5Pour Léonie, petit lion-souris, un ensemble  pour réchauffer son entrée au monde. Les chaussons et le bonnet viennent du livre Le troisième bébé de la Droguerie. En Drops Alpaca, comme les premiers.

Solveig1 Solveig2Et pour Solveig, un Jiminy Hochet, un brin plus grand et en coton cette fois-ci, de chez Rico Design (crochet n°4 ou 4,5, mais ne me rappelle plus le nom du fil). J’y ai inséré une petite boîte ovale de Kinder® remplie de grelot, pour la surprise ! Les chaussons sont issus du même livre de la Droguerie.

 

 

Publié dans Captain Hook | 1 commentaire

Tapis volant

Une petite couverture de voyage pour suivre Flore dans ses pérégrinations. Toute simple et terminée juste avant le grand (voyage).

couv2

J’aime la simplicité de sa construction, la rondeur du point mousse qui reste mon moelleux favori et le rehaut des petites vagues en bordure qui donnent ce qu’il faut de fantaisie pour inviter au voyage et aux rêves.

couv4

Je me suis dit qu’un petit tuto pour les grands débutants en tricot pourrait être chouette, alors tuto tout bête, mais tuto quand même (le premier ici d’ailleurs !) :

Ingrédients : 5 pelotes de couleurs assorties d’ecobaby de Debbie Bliss (trouvées chez Lil Weasel pour ma part) , une paire d’aiguilles entre 3 et 3,5 (3,25 pour ma part) ou une aiguille circulaire de même diamètre (longueur 60 ou 80 cm).

Monter 128m avec le coloris 1. Pour tout l’ouvrage, glisser la première maille de chaque rang (la passer sur l’aiguille droite sans la tricoter) afin d’avoir une jolie bordure.

Rang 1 : tricoter tout à l’endroit.

Rang 2 : tricoter tout à l’envers.

Rang 3 : 1 maille endroit puis répéter

*3x 2 mailles ensemble à l’endroit (passer l’aiguille droite dans les 2 premières mailles de l’aiguille gauche et les tricoter ensemble afin de n’avoir qu’une seule maille sur l’aiguille droite)

6x (jeté, 1 maille endroit) (pour le jeté, ramener simplement le fil sur le devant de l’ouvrage afin de créer une nouvelle maille, puis tricoter la maille suivante normalement, un nouveau brin apparaît sur l’aiguille droite)

3x 2 mailles ensemble à l’endroit*

Terminer par une maille à l’endroit.

Rang 4 : tout à l’endroit.

Couper le fil.

Reproduire ces 4 rangs avec le coloris 2, puis avec le coloris 3.

Continuer tout à l’endroit (point mousse) avec le coloris 4 sur 44 rangs (soit 22 barres de mousse) ; puis avec le coloris 5, 1, 2 et 3. Attention, ces indications sont données si vous utilisez la même qualité de fil ; autrement, veillez à laisser assez de fil pour les vagues de la fin (vous pouvez pour cela peser la pelote une fois la première vague terminée afin d’estimer combien de grammes elle nécessite).

Et à nouveau des vagues pour terminer ! Avec le coloris 4 :

Rang 1 : tout à l’endroit.

Rang 2 :

1 maille endroit puis répéter

*3x 2 mailles ensemble à l’endroit (passer l’aiguille droite dans les 2 premières mailles de l’aiguille gauche et les tricoter ensemble afin de n’avoir qu’une seule maille sur l’aiguille droite)

6x (jeté, 1 maille endroit) (pour le jeté, ramener simplement le fil sur le devant de l’ouvrage afin de créer une nouvelle maille, puis tricoter la maille suivante normalement, un nouveau brin apparaît sur l’aiguille droite)

3x 2 mailles ensemble à l’endroit*

Terminer par une maille à l’endroit.

Rang 3 : tout à l’envers.

Rang 4 : tout à l’endroit.

Couper le fil, reproduire ces 4 rangs avec le coloris 5 et si il reste assez de fil avec le n°1.

Rabattre les mailles à l’endroit au rang 4 du dernier coloris. Laver, bloquer en donnant bien la forme aux vagues (à l’aide d’épingles)

couv2

J’espère que ce petit tapis volant coloré enveloppera bien des petits humains avenir… Et en attendant, chez nous…

couv1

Publié dans Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 13 commentaires

Flore

Petite Poucette rêveuse a trouvé son chemin. Flore est née le 1er mai coiffée d’une petite clochette comme un brin de muguet sur son doux duvet châtaigne…

Pieds Flore Petite main Flore

 

Un arbre enveloppe un nuage,

un oiseau enveloppe l’arbre

et une plume de l’oiseau disperse l’air

pour faire face au signe maintenant là.

 

Ce qui enveloppe est enveloppé par ce qu’il enveloppe

mais le signe nouveau passe justement

entre l’enveloppé et ce qui enveloppe

et défait le paquet.

Le soir devient un dieu.

 

Un arbre descend alors d’un nuage,

le nuage descend d’un oiseau

et une plume de l’oiseau écrit le nouveau signe

sur le versant qui vient d’être dégagé.

 

Roberto Juarroz, Poésie verticale (III, 6b)

pâquerettes OlympePetite histoire des jeux floraux, ludi florales (source la célèbre encyclopédie libre dont il faut trier les données, mais celles-ci le sont bien, données).

« Les Jeux floraux (en latin ludi florales), également appelés Floralies ou Floralia, étaient des fêtes célébrées dans la Rome antique en l’honneur de la déesse Flore, déesse, d’origine sabine, des fleurs, des jardins et du printemps, dont le culte fut établi à Rome par Titus Tatius, roi légendaire de Cures (ou Quirium), chez les Sabins, roi de Rome, dont il partagea le trône avec Romulus.

Les Jeux floraux étaient parmi les plus anciens célébrés à Rome même du 27 avril au 2 mai, instituées en 173, par les édiles curules en l’honneur de la déesse Flore. Ils furent ensuite introduits dans tout l’Empire, au fur et à mesure des conquêtes, et fort appréciés des peuples conquis en raison de leur caractère licencieux. »

Publié dans La vie au terrier | 8 commentaires

Le trousseau de Poucet/te #1

Pour une fois, malgré l’incomplétude des travaux, je me sens plutôt complète à cette étape-là de l’histoire. Ma liste d’idées reste florissante et grouillante. Lignes non-encore cochées qui se croisent.

Mais il est un plaisir de l’infini dans le désir de créer, qui s’il n’est pas vécu comme un empêchement, devient très grisant.

Pour le (grand) moment, tout est prêt ; tout ce qu’il faut. Et tout continue à cheminer, aussi il y aura des petits dièses qui viendront bientôt compléter ce premier…

broderie pochon broderieUn petit pochon brodé au fil de soie, doux et brillant, d’après un dessin d’Abel qui m’a beaucoup plu. Le tissu est un lange de coton bio d’ici, très très doux, épais ce qu’il faut, une très belle qualité qui donne envie de câliner.

Gudule2 Gudule Gudule piano Gudule piano OlympeUn doudou pianiste, Gudule, du livre Tendre crochet de Tournicote à cloche pieds, en coton nat de Fonty de chez Lil Weasel. Très agréable à crocheter, bien tordu comme il faut pour la rondeur du fil. Petite collerette à tripatouiller en Liberty fairford.

tomten bottines2 tomten3 tomten bottines bottines azur tomten tomten2Comme son frère (vous pouvez l’apercevoir à ses côtés au porte-manteau, et bientôt un article juste pour lui) et sa soeur, Poucet/te n’échappera pas au Tomten d’Elizabeth Zimmermann, petit manteau de printemps et ses bottines se 7 lieues assorties (du livre « Le 3è bébé de la Droguerie »). Le tout en Gilliatt, car on ne change pas une équipe qui gagne.

ensemble naissance devant brassière naissance dos brassière naissance bonnet naissance chaussons naissanceEnfin pour gonfler le petit pochon du grand jour, une tenue de naissance assortie à la grande couverture rimbaldienne, inspirée par ce même poème, Ma bohème.

Le cardigan et le bonnet sont donc maison, avec des trous-trous pour les petits cailloux , des lunes pour les faire briller et des étoiles pour l’auberge : sur les devants du cardigan l’on retrouve grande ourse (à gauche) et petite ourse (à droite) ; j’ai adoré construire cet empiècement tourbillonnant, froncer le bas pour les frous-frous, toujours discrets mais bien présent. La laine est un reste de cachemire et laine de chez Phildar dont la qualité a été abandonnée, et c’est bien dommage, car vraiment très agréable…

J’ai enfin pris le pas de vous rédiger les tutos promis, et si le temps me le permet, il y en aura un pour cet ensemble (excepté les petits chaussons encore du livre de la Droguerie). (Et un autre archi fourni pour LE doudou vraiment trop doux-doux qui fera l’objet d’un petit article à lui tout seul…)

pochon naissanceEn attendant, l’affaire est in the pochon, toute prête, toute complète. On attend, et c’est bon !

 

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 4 commentaires

Petit Poucet’s bohème

C’est Abel qui a eu l’idée de ce prénom pour le petit nouveau.

Le-Petit-Poucet, envie de le semer à peine germé ? Moi ça m’a évoqué l’espièglerie douce et la magie du tout-petit, et le poème de Rimbaud, que je vous ai déjà servi ici, mais tant pis.

J’ai donc imaginé une couverture-poème pour Cyrano, le beau rond doux fil nouveau et éphémère de De Rerum Natura.

petitscaillouxplat lune plat

Ma bohème

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

Arthur Rimbaud

étendueIl y a donc les petits cailloux égrenés sur la route (le petit motif dentelle qui constitue les augmentations du carré intérieur), la lune qui les fait briller, et au ciel la grande ourse et la petite en petits points envers sur l’endroit. Le tour en mousse, et le doux froufrou pour finir (froufrou léger mais froufrou tout de même avec des fronces sur la mini bordure roulottée).

lune dos lune épaule1 lune épaule2Lune au dos et sur l’épaule

berceau3 berceau 1 berceau2 PomponPrête à envelopper au berceau, en attendant, Pompon prend la pose.

luneétoiles grandeourseGrande et petite ourse (je ne vous dis pas comme j’ai galéré pour le diagramme…)

petitscailloux assisEt en attendant notre petit/e Poucet/te rêveur/se, je m’enveloppe aussi…

Petit Poucet’s bohème, 5 écheveaux de Cyrano, aiguilles 6. Un ensemble de naissance assorti presque fini, à vous montrer bientôt, seul ou déjà habité…

 

Publié dans Poète pouet, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 8 commentaires

Otto e mezzo

Otto, huit, 8, deux ronds entrelacés sans fin, éloignés dans le mot mais toujours près dans la ronde.

otto1otto2

Otto, c’est le nom qui m’est venu en tricotant ce grand doudou pour m’enrouler un peu ces derniers mois. Je l’ai imaginé au tout premier, l’ai porté au fil des suivants, il a suivi mes lentes métamorphoses, il était temps de vous le montrer, malgré quelques boulochettes…

otto dos otto oiseau1 otto oiseau 2Otto c’est aussi ces grandes torsades décroissantes et recroissantes ; construit de haut en bas avec une encolure qui prend le large (mais un peu trop alors j’ai bidouillé sur les finitions), un boutonnage sur le côté pour permettre une torsade vraiment centrale malgré l’ouverture, et du point mousse pour la rondeur de l’encolure et des extrêmités. Aucune couture, que du plaisir. Tricoté en Gilliatt, toujours aussi douce et agréable, trois écheveaux (ou quatre ?), lavé porté en boucle, ne bouge pas, et les boulochettes restent discrètes.

bracelet3bracelet2bracelet1Puis un petit bracelet d’appel au printemps, teintes joyeuses et douces, matières aussi, soie, perles cubes miyuki, quartz rose, soie roulottée et koris sénégalais, toupies swarovski, touche de liberty. Le tout d’ici. (excepté les koris).

Voilà pour les petits ronds printaniers, des indices se sont cachés dans les photos pour la suite… il va y avoir de la vie par ici ! Beau et doux printemps à tous, qu’il vous soit aussi plein et bon que par chez nous…

 

Publié dans Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 8 commentaires

Derniers flocons

Quelques bijoux d’hiver et d’hier (l’hiver dernier, en fait…), avant qu’il ne soit vraiment trop trop tard.

braceletflocons1 braceletflocon3 braceletflocon2Un bracelet multirangs, en soie roulottée, liberty Betsy porcelaine, toupies swarovski, perles en argent diamanté et fil d’argent et de soie. Puis un flocon et des amoureux en argent.

J’aime l’assemblage simple de ces matières précieuses qui habillent les attaches et tintinabullent au mouvement (et se prennent aussi dans les mailles des tricots).

BOflocons2 BOflocons1Les boucles polaires qui s’accrochent aux écharpes et dansent à la bise.

perle1 perle2Un bracelet simplissime en maille coeur d’argent terminé par une perle d’eau douce chaloupante.

liseEt ça sent le printemps, un peu de ver-dure (toujours la soie) et une hirondelle sur un fil d’argent, pour se reposer avant de faire vraiment, le printemps.

herbeDes surprises ici au printemps (le vrai, qui arrive), attendent encore sagement, mais aussi toutes précieuses…

Publié dans Cailloux bijoujoux | 2 commentaires

Time flies

Si pour les années civiles, j’aime l’idée du temps qui vole, comme un oiseau-planeur incertain et changeant, à la trajectoire courbe et dansante ;

je crois aussi aux coups d’aile et aux tours que font les années naissantes, l’importance de ces moments qui rappellent notre entrée au monde, le fracas tendre ou dur des premières mains tendues, les premiers airs à nous traverser ; on y repasse sans cesse, on y tourbillonne à travers les saisons et l’on s’y pose un peu quand il revient, le temps d’une inspiration neuve encore.

Olympe jour

Le jour de la naissance.

Deux tours pour Olympe, et de la magie, une robe et un tricot, nos toutes petites traditions.

baguette magique baguette2 Olympe féeLa magie par M. Hérisson, chantournée (j’adore ce mot) dans du pin, qu’il trouve imparfaite comme toujours mais qu’elle a trouvé parfaite (et en plus, ça fonctionne !)

Roma Roma détail Olympe RomaLa robette Roma de C’est Dimanche, un patron juste extraordinaire ingénieux frais. Le corsage en micro m’a donné un peu de mal, j’avais le souvenir d’avoir mieux réussi sur ma grande. Mais j’ai trouvé de l’aide ici et la mémoire a vite déflanché, malgré les difficultés persistantes dues à la toute petite taille (2 ans pour un 18 mois/2 ans du commerce, parfaite en largeur mais un poil courte même si j’adore le côté poo poo pi doo à refaire je rallongerais un poil).

Tomten Olympe Tomten

Pour le tricot, un grand Tomten manteau, trop pressée de l’essayer je n’ai pas fait les parmentures, mais pour mieux finir l’intérieur et camoufler le zip je vais y mettre un brin de liberty. Ce Tomten d’Elizabeth Zimmermann me faisait de l’oeil depuis longtemps (sa naissance, justement), j’ai choisi de le voir en grand, avec des aiguilles 8 et de la laine Andes de Drops, très douce et moelleuse à souhait, ça nous donne un 2-3 ans pour le manteau, mais en simple hoodie il poussera bien jusqu’au 4 ans je pense. J’ai dû prendre des notes, si ça intéresse quelqu’un je les mettrai en forme.

Elizabeth Zimmermann, je ne pense pas en avoir déjà parlé ici, mais c’est vraiment un génie ; du tricot, certes, mais à la pensée aussi torse qu’une augmentation intercalaire subtilement penchée d’un côté ou de l’autre. Résolument moderne, visionnaire de la simplicité juste. J’ai dévoré Knitting without tears en attendant Olympe, alors oui les photos sont désuettes et ne suscitent pas illico le rêve, mais le texte et les schémas sont d’une richesse folle.

Bref. Un autre Tomten attend ses finitions pour l’anniversaire du grand puceron… Il y aura une édition spéciale avec les bricoles de l’an passé, à suivre ici, tout vite !

lit bébé cerf lit bébé monogrammeEt puis pour les rêves des plus petits, un berceau cagette pas superposé cette fois, avec monogramme et petit cerf fleuri. Le linge de lit est en Froufrou de Lecien (cadeau d’un bichon étoilé) et dentelle, et une petite couverture crochetée en alpaga sur cette idée mais à l’aveuglette.

Deux ans. Time flies. Dans la chambre aux oiseaux, on vole aussi.

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette, La vie au terrier, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 9 commentaires

Rythme

Soutenu ces derniers temps. D’où quelques absences ici, et là. Présence ailleurs. Filante.

chemin chariol

Tempo changeant et questionnant. Créer et s’accorder. Etre ensemble.

Ces derniers temps ont été chargés en vie allegretto, parfois fatigando aussi, on aurait souhaité un simple andante pour concilier ce qui nous meut, au fond. Comme ça :

bulles chariol 1 bulles chariol 2

Créer, s’abreuver, dans tout ça ? S’inspirer, respirer aussi. Trouver le rythme « extérieur », celui qui nous permet de vivre ensemble.

abelolymperussa arbre russa Knossos1 lavaudieu pirates russa

L’autre. Cet autre. Ces autres aussi, et l’exercice se funambulise.

L’autre. Proche ou lointain, des yeux du coeur de la peau des voies respiratoires.

L’autre. Connu ou inconnu. L’entraîner, l’attendre aussi, l’accompagner,  percevoir son rythme « intérieur », aiguiser les sensations du vivant, ensemble.

L’ailleurs. Créer, comme une interaction. Avec l’espace le givre sur la toile d’araignée l’araignée. La confrontation entre ce rythme intérieur et ce rythme extérieur que nous partageons. Rythme des nuages qui s’alourdissent et s’allègent, rythme de l’oiseau qui suit la terre tournée, rythme des mains qui s’atteignent en silence.

Y partir. Seul mais plein d’autres et d’ailleurs. Libre et heureux.

olympevoiturechariol abelarcchariolRythme.

« Sans le rythme, vous n’auriez pas vu le soleil, chaque matin.
Vous n’auriez pu.
Le rythme est intérieur ; il est celui de la fatalité.
Quoi que vous fassiez, vous ne pourriez aller plus vite ni plus doucement.
Vous ne pourriez que vous mouvoir en accord avec votre sang, votre esprit, votre coeur.
En accord.
Vous ne sauriez être en avance ou en retard.
Vous ne le pourriez pas.
Est-il concevable que la lune succède à la lune ? »
Edmond Jabès

L’année neuve s’amène avec un fracassando qui bouscule nos accords et ces voeux.

Je vous souhaite à tous de croire encore. De déjouer les rythmes qui s’emballent. De vous accorder, dedans comme dehors.

Et de continuer à créer. Créer de l’humanité chez l’humain, déjà ; puis de la matière : à rire à penser à écouter à étoffer à lire à rêver à caresser à sentir à voir avec des yeux neufs, eux aussi.

J’ai l’habitude de penser les nouvelles années comme les nouveaux jours, mais pour celle-ci j’ai envie d’imaginer une fracture lumineuse et mouvante, qui nous enjoigne à bondir.

chemin neuf

(Alors encore des bonds et des rebonds ici, que j’espère plus réguliers. Quelques tournants aussi, comme les photos de Martin, qui se remet à bidouiller l’argentique pour révéler les « Silence » entre deux souffles ; et de la poésie empruntée, comme un petit feu doux et vif au coin du jardin).

Publié dans La vie au terrier | 5 commentaires