Otto e mezzo

Otto, huit, 8, deux ronds entrelacés sans fin, éloignés dans le mot mais toujours près dans la ronde.

otto1otto2

Otto, c’est le nom qui m’est venu en tricotant ce grand doudou pour m’enrouler un peu ces derniers mois. Je l’ai imaginé au tout premier, l’ai porté au fil des suivants, il a suivi mes lentes métamorphoses, il était temps de vous le montrer, malgré quelques boulochettes…

otto dos otto oiseau1 otto oiseau 2Otto c’est aussi ces grandes torsades décroissantes et recroissantes ; construit de haut en bas avec une encolure qui prend le large (mais un peu trop alors j’ai bidouillé sur les finitions), un boutonnage sur le côté pour permettre une torsade vraiment centrale malgré l’ouverture, et du point mousse pour la rondeur de l’encolure et des extrêmités. Aucune couture, que du plaisir. Tricoté en Gilliatt, toujours aussi douce et agréable, trois écheveaux (ou quatre ?), lavé porté en boucle, ne bouge pas, et les boulochettes restent discrètes.

bracelet3bracelet2bracelet1Puis un petit bracelet d’appel au printemps, teintes joyeuses et douces, matières aussi, soie, perles cubes miyuki, quartz rose, soie roulottée et koris sénégalais, toupies swarovski, touche de liberty. Le tout d’ici. (excepté les koris).

Voilà pour les petits ronds printaniers, des indices se sont cachés dans les photos pour la suite… il va y avoir de la vie par ici ! Beau et doux printemps à tous, qu’il vous soit aussi plein et bon que par chez nous…

 

Publié dans Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 7 commentaires

Derniers flocons

Quelques bijoux d’hiver et d’hier (l’hiver dernier, en fait…), avant qu’il ne soit vraiment trop trop tard.

braceletflocons1 braceletflocon3 braceletflocon2Un bracelet multirangs, en soie roulottée, liberty Betsy porcelaine, toupies swarovski, perles en argent diamanté et fil d’argent et de soie. Puis un flocon et des amoureux en argent.

J’aime l’assemblage simple de ces matières précieuses qui habillent les attaches et tintinabullent au mouvement (et se prennent aussi dans les mailles des tricots).

BOflocons2 BOflocons1Les boucles polaires qui s’accrochent aux écharpes et dansent à la bise.

perle1 perle2Un bracelet simplissime en maille coeur d’argent terminé par une perle d’eau douce chaloupante.

liseEt ça sent le printemps, un peu de ver-dure (toujours la soie) et une hirondelle sur un fil d’argent, pour se reposer avant de faire vraiment, le printemps.

herbeDes surprises ici au printemps (le vrai, qui arrive), attendent encore sagement, mais aussi toutes précieuses…

Publié dans Cailloux bijoujoux | 2 commentaires

Time flies

Si pour les années civiles, j’aime l’idée du temps qui vole, comme un oiseau-planeur incertain et changeant, à la trajectoire courbe et dansante ;

je crois aussi aux coups d’aile et aux tours que font les années naissantes, l’importance de ces moments qui rappellent notre entrée au monde, le fracas tendre ou dur des premières mains tendues, les premiers airs à nous traverser ; on y repasse sans cesse, on y tourbillonne à travers les saisons et l’on s’y pose un peu quand il revient, le temps d’une inspiration neuve encore.

Olympe jour

Le jour de la naissance.

Deux tours pour Olympe, et de la magie, une robe et un tricot, nos toutes petites traditions.

baguette magique baguette2 Olympe féeLa magie par M. Hérisson, chantournée (j’adore ce mot) dans du pin, qu’il trouve imparfaite comme toujours mais qu’elle a trouvé parfaite (et en plus, ça fonctionne !)

Roma Roma détail Olympe RomaLa robette Roma de C’est Dimanche, un patron juste extraordinaire ingénieux frais. Le corsage en micro m’a donné un peu de mal, j’avais le souvenir d’avoir mieux réussi sur ma grande. Mais j’ai trouvé de l’aide ici et la mémoire a vite déflanché, malgré les difficultés persistantes dues à la toute petite taille (2 ans pour un 18 mois/2 ans du commerce, parfaite en largeur mais un poil courte même si j’adore le côté poo poo pi doo à refaire je rallongerais un poil).

Tomten Olympe Tomten

Pour le tricot, un grand Tomten manteau, trop pressée de l’essayer je n’ai pas fait les parmentures, mais pour mieux finir l’intérieur et camoufler le zip je vais y mettre un brin de liberty. Ce Tomten d’Elizabeth Zimmermann me faisait de l’oeil depuis longtemps (sa naissance, justement), j’ai choisi de le voir en grand, avec des aiguilles 8 et de la laine Andes de Drops, très douce et moelleuse à souhait, ça nous donne un 2-3 ans pour le manteau, mais en simple hoodie il poussera bien jusqu’au 4 ans je pense. J’ai dû prendre des notes, si ça intéresse quelqu’un je les mettrai en forme.

Elizabeth Zimmermann, je ne pense pas en avoir déjà parlé ici, mais c’est vraiment un génie ; du tricot, certes, mais à la pensée aussi torse qu’une augmentation intercalaire subtilement penchée d’un côté ou de l’autre. Résolument moderne, visionnaire de la simplicité juste. J’ai dévoré Knitting without tears en attendant Olympe, alors oui les photos sont désuettes et ne suscitent pas illico le rêve, mais le texte et les schémas sont d’une richesse folle.

Bref. Un autre Tomten attend ses finitions pour l’anniversaire du grand puceron… Il y aura une édition spéciale avec les bricoles de l’an passé, à suivre ici, tout vite !

lit bébé cerf lit bébé monogrammeEt puis pour les rêves des plus petits, un berceau cagette pas superposé cette fois, avec monogramme et petit cerf fleuri. Le linge de lit est en Froufrou de Lecien (cadeau d’un bichon étoilé) et dentelle, et une petite couverture crochetée en alpaga sur cette idée mais à l’aveuglette.

Deux ans. Time flies. Dans la chambre aux oiseaux, on vole aussi.

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette, La vie au terrier, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 8 commentaires

Rythme

Soutenu ces derniers temps. D’où quelques absences ici, et là. Présence ailleurs. Filante.

chemin chariol

Tempo changeant et questionnant. Créer et s’accorder. Etre ensemble.

Ces derniers temps ont été chargés en vie allegretto, parfois fatigando aussi, on aurait souhaité un simple andante pour concilier ce qui nous meut, au fond. Comme ça :

bulles chariol 1 bulles chariol 2

Créer, s’abreuver, dans tout ça ? S’inspirer, respirer aussi. Trouver le rythme « extérieur », celui qui nous permet de vivre ensemble.

abelolymperussa arbre russa Knossos1 lavaudieu pirates russa

L’autre. Cet autre. Ces autres aussi, et l’exercice se funambulise.

L’autre. Proche ou lointain, des yeux du coeur de la peau des voies respiratoires.

L’autre. Connu ou inconnu. L’entraîner, l’attendre aussi, l’accompagner,  percevoir son rythme « intérieur », aiguiser les sensations du vivant, ensemble.

L’ailleurs. Créer, comme une interaction. Avec l’espace le givre sur la toile d’araignée l’araignée. La confrontation entre ce rythme intérieur et ce rythme extérieur que nous partageons. Rythme des nuages qui s’alourdissent et s’allègent, rythme de l’oiseau qui suit la terre tournée, rythme des mains qui s’atteignent en silence.

Y partir. Seul mais plein d’autres et d’ailleurs. Libre et heureux.

olympevoiturechariol abelarcchariolRythme.

« Sans le rythme, vous n’auriez pas vu le soleil, chaque matin.
Vous n’auriez pu.
Le rythme est intérieur ; il est celui de la fatalité.
Quoi que vous fassiez, vous ne pourriez aller plus vite ni plus doucement.
Vous ne pourriez que vous mouvoir en accord avec votre sang, votre esprit, votre coeur.
En accord.
Vous ne sauriez être en avance ou en retard.
Vous ne le pourriez pas.
Est-il concevable que la lune succède à la lune ? »
Edmond Jabès

L’année neuve s’amène avec un fracassando qui bouscule nos accords et ces voeux.

Je vous souhaite à tous de croire encore. De déjouer les rythmes qui s’emballent. De vous accorder, dedans comme dehors.

Et de continuer à créer. Créer de l’humanité chez l’humain, déjà ; puis de la matière : à rire à penser à écouter à étoffer à lire à rêver à caresser à sentir à voir avec des yeux neufs, eux aussi.

J’ai l’habitude de penser les nouvelles années comme les nouveaux jours, mais pour celle-ci j’ai envie d’imaginer une fracture lumineuse et mouvante, qui nous enjoigne à bondir.

chemin neuf

(Alors encore des bonds et des rebonds ici, que j’espère plus réguliers. Quelques tournants aussi, comme les photos de Martin, qui se remet à bidouiller l’argentique pour révéler les « Silence » entre deux souffles ; et de la poésie empruntée, comme un petit feu doux et vif au coin du jardin).

Publié dans La vie au terrier | 5 commentaires

Città eterna

Printemps 2014. Retour aux sources-fontaines encore bien vives. Beaucoup de joie à retourner sur ces terres colorées, à se laisser porter par l’air rieur de ses ruelles bien vertes en cette saison. Premier printemps.

Rome23Rome1Revenir avec eux là où j’ai fait mes premiers pas toute seule. Rire avec Abel sur la place du Grillon, sentir Olympe galoper dans mon dos et me faire char-me.

Rome27 Rome25 Rome24 Rome16 Rome6  Rome3

Nous avons fait un détour par la Toscane à l’aller et au retour, pointillés au-dessus des pins parasols, promenades en champ libre, douceur d’être ensemble et ailleurs.

***

Rome39

Mais la ville et l’éternité nous ont tendus leurs bras de pierres toutes fraiches et tendres. Sur les fori romains on a vu un ver de terre immense et goûté un soleil plein en essayant de fuir la lave qui courait entre les dalles de pierre.  Abel s’est pas mal cramé. On a ri. Les lions se sont abreuvés et nous aussi.

Rome18 Rome38

 

Rome37 Rome17 Rome11Rome2

Un coin de ciel s’est planqué au pli du coup d’un angelot grassouillet.

***

La bouche de la vérité a sucé des sucettes d’un peu loin, deux pièces sont parties rejoindre les eaux riches de la fontaine de Trevi (une pour un voeu et une pour revenir à Rome), les ossements de Saint Valentin ont souri aux amoureux.

Rome36 Rome21 Rome22Rome5Sautillements.

***

Villa Borghese et un chapeau envolé avec ses lunettes de soleil flambantes. Des parties de cache-cache-escalade. Des envolées lyriques et grinçantes de plaisir.

Rome20 Rome19 Rome15 Rome14 Rome10 Rome13 Rome34Des danses endiablées en Trastevere, avec des glaces et des maillots tâchés-lavés dans la fontaine, des bulles enivrantes, un goût de meilleur pour la fin.

Rome28 Rome26 Rome8 Rome7Et quelques mailles pour se réchauffer la justesse de ma jupe Chardon le soir sur la terrasse-jardin-d’hiver-au-printemps : un Liesl d’Ysolda tricoté veloce en Malabrigo Twist coloris Sealing Wax offert par Lil Weasel (encore mille mercis !), 3 écheveaux, 3 boutons coco, une bonne grosse douceur de mi-saison grâce à la dentelle. Des paradoxes qui m’enchantent, un régal à tricoter, (qui grimpe vite aux aiguilles 7 ce qui ne gâche rien). Bref.

Rome40 Rome33 Rome35 Rome32 Rome29 Rome31 Rome30Bref, pas tellement cet article. Mais tant de pépites dans ces moments-là…

Rome9Et comme j’ai presque loupé la belle saison, je vous souhaite d’avance pour ne pas me reretrouver en retard un très bel automne aussi coloré que ce printemps romain. (puis je vous prépare un peu de nouveautés et de vieilleries)

Publié dans La vie au terrier, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 14 commentaires

Centaurée #1, de la bonne conscience

C’est en rentrant de Rome que j’ai trouvé Centaurée. Charmée encore par ma redécouverte de la place du Capitole, géométrie invariable imaginée par Michelangelo, j’ai tout de suite adoré cette robette légère.

piazzacamp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même évidence pour le tissu, un crêpe de soie rose trouvé en promenade, qui ne pouvait terminer autrement. Puis Eleonore a lancé le sew-along, et il ne pouvait commencer sans une toile. Une toile. Pensée pour mon impatience. Je n’avais bien sûr pas sous la main de tissu équivalent à ma jolie soie, ni de fermeture éclair, ni l’envie d’un brouillon. Taillée en 36, j’ai donc coupé le corsage dans un petit coupon de jersey orageux de France Duval-Stalla et la jupe dans une batiste à papillons argentés (50cm de chaque !) choisis à la naissance d’Olympe.

Centaurée Centaurée1 Centaurée2 Centaurée3 Centaurée4 Centaurée5  Elle reste donc un peu brouillonne, tout de même, ma Centaurée, mais elle me plaît et j’y suis bien. On ne voit pas bien mais au coeur du corsage il y a une petite étoile d’argent brodée. Puis le jersey lui donne un côté casuestival, enfilée en deux secondes trente, archi souple. N’ayant pas de biais sous la main ni assez de tissu pour en faire, les bretelles ont été bidouillées avec du ruban de satin et le haut du corsage doublé est surpiqué au fil argenté (rentré 5mm sur chaque partie). Malgré tout les finitions ne sont pas si mal, des coutures anglaises pour la jupe, un petit passepoil argenté qui marque un peu la taille. Les moins : n’ai pas ratiboisé les marges de couture du corsage et difficiles à rabattre avec le jersey qui roulotte, à refaire je surpiquerai (on voit sur les photos de profil). Autrement le passepoil bien qu’apportant une touche raffinée est un peu lourd pour le tissu et donne un effet un poil rigide (cf photo de dos).

Centaurée8 Centaurée9

Bref, un bien joli patron encore, une parfaite petite robe d’été douce et imposant l’insouciance. Belle semaine à tous, au vent bon, qui emporte… aussi !

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette | 22 commentaires

Quadrature fleurie-douce

Pour couvrir Céleste, notre petite nièce nouvelle arrivée cet hiver. Couleur d’aster et d’astres. Ce qui est rigolo, c’est que j’avais choisi cette couleur en pensant à la maman, sans savoir que la fleur cachait l’étoile, qui irait si bien à la doucette.

aster

Bref. 3 écheveaux de Gilliatt coloris Aster, un joli patron déjà savouré, de belles heures à penser à la petite-avenir, les doigts bien au chaud et au fur et à mesure, les genoux.

(…)

couv1 couv2 couv3 couv4 couvAimé Et pour la musique, des petits grelots tintinabullants liés avec un joli cordon, le tout trouvé chez Petit Pan.couvgrelots

(La petite poupée Aimé (l’amoureux de Céleste), vient de chez Moulin Roty, petit fief nantais du jouet joli.)

Ai une autre couverture à vous montrer pour un autre petit-tout… vite !

En attendant belle semaine, très douce !

Publié dans Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 5 commentaires

D’une perle…

… un poignet, mais deux rendez-vous.

Bottée par mon nouveau dada caillouteux, je m’étais innocemment lancée le défi brillant du duo bouclé d’or et d’argent, mais comme d’hab, mille choses en l’air à la fois et tout en suspension.

Il y avait aussi quelqu’un qui attendait de voir fleurir son poignet comme promis (oui oui, souvenez-vous, ici, en pleine lumière).

Donc : mag1 mag2 mag3

Petits liens sans doute arrivés peuvent se dévoiler : défi exaucé et retard justifié. Ouf !

Inventaire : dentelle, cordon liberty et soie roulottée, fil d’argent, fil de soie, toupies swarowski et cubes Miyuki, le tout d’ici !

Belle semaine, fleurie !

Publié dans Cailloux bijoujoux | 5 commentaires

Zèbre du Velay

Petit article brouille-pistes pour habiller mon terrible retard quant aux productions calendaires, à savoir le déguisement pour le carnaval et l’anniversaire du petit poisson vénitien. Ceux-ci sont en-cours, mais je traînasse. Donc, un petit zèbre tourneur de tête :

Trouvée par hasard lors des moments de libération du fil à Villeurbanne, une laine des moutons de mes vacances, précisément de ceux de mon ami de vacances d’enfance, qui élève désormais des moutons, en Auvergne, des noirs, du Velay, au lainage mordoré et mordant. Mais qui gratte !

Et Abel boude un peu son gilet de rentrée, qui lui va pourtant si bien. Et il se roule en miaulant que ça le démaaaaaaaannnnnge terriblement. Bon, sur moultes couches et après négociation, le zèbre du Velay a tout de même été adopté pour les jours de grand froid, mais voilà, nous en resterons là.

zèbre1 zèbre2 zèbre3 zèbre4Le modèle est bidouillé maison en top down avec un chouette effet au niveau des pattes de boutonnage mais qui ne ressort pas trop sur le noir, je ne crois pas avoir pris de notes mais il n’est pas exclu que j’en fasse un nouveau plus clair pour rédiger un petit patron joli (je sais que ça fait un moment que j’en promets, mais ça aussi, c’est en germe et ça finira par sortir !) et réparer l’erreur du gilet de crin. Les rayures plus claires elles, sont douces, en Fado de Fonty.

Et petite pensée à ceux pour qui le printemps gratouille aussi, mais le nez, les yeux…

Publié dans Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 5 commentaires

Bol d’éros frais

Un peu d’amour légerissime pour couvrir les épaules d’une mariée d’hiver, joliment habillée par Agathe, créatrice de Oh les beaux jours, mariées sur mesure.

Elle m’a demandé un petit boléro bien chaud et doux pour réchauffer la robe, j’ai choisi la Dolce di Luce, fine et délicate, et ai utilisé la méthode contiguous de Susie Myers pour que l’ouvrage épouse au mieux, sans coutures, l’épousée. Un petit motif floconné, étoilé a poussé sur les poignets, pour bijouter le précieux.

Et puis j’ai pris des notes, assez claires, que je vais vite mettre au propre pour vous proposer ce petit patron amoureux.

bol1 bol2 bol3 bol4Merci Agathe pour ta confiance et ton joli livre muse de chevet. Douce fin de semaine à tous, encore près de l’hiver, mais dans la grisaille printanière fleurissante.

Publié dans Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 7 commentaires