Rétrospective 2015 : Carnet créatif #1

Pour poursuivre notre rétrospective retardataire, un carnet créatif en survol, se mettre au jour.
Une première partie en mailles, (vous montrez les petits restés cachés jusque là), tant qu’il faut se tenir chaud.

Avril
IMG_0666

IMG_0682

IMG_0696

IMG_0700Pour l’anniversaire d’Abel, un Tomten Jacket d’Elizabeth Zimmermann, en Gilliat Azur et Nuit d’été. Ce modèle est une vraie merveille de simplicité, de rondeur, il a le côté elfique qui parle aux arbres. Puis il est très facilement modulable, les calculs sont simplissimes et il s’adapte à n’importe quelle taille ou fil, magique ! D’autant plus que tout en mousse, il grandirait presque avec l’enfant : Flore a porté le sien de la naissance jusqu’à ses 8-9 mois, Olympe porte encore le sien, et Abel aussi, pour encore un moment. Enfin je vous ai sans doute déjà dit tout ça, j’en aurais fait trois cette année, un par enfant, (et Jared Flood l’a adapté en version adulte, qui me fait de l’oeil pour un autre hiver). Bref, pas lassée !

Août

IMG_3779 IMG_3777 IMG_3840 IMG_3857 IMG_3865 IMG_3869 IMG_3872Pour l’anniversaire de ma tantine, Linette, un grand trendy châle en mélange supernaturelle cumulus+plumette horizon de la Droguerie. J’adore la texture et la couleur de ce mélange qui me rappelle le chat de Linette, Zoïe, qui avait le pelage gris-bleuté et crachait tout le temps quand on voulait la caresser. La construction est simplissime, efficace, je l’aime bien car c’est un projet qui demande patience et vidange cérébrale pour un résultat très douillet et qui accompagne n’importe quelle tenue joliment.

Septembre

IMG_4728 IMG_4735 IMG_4738 IMG_4810 IMG_4817 IMG_4824

 

Encore un Petit Artichaut !, de Solenn. Alors celui-là, c’est vraiment un de mes chouchous : élégant, raffiné, intriguant, ludique, c’est ici mon cinquième (deux que je ne vous ai pas encore montrés), et à chaque fois j’oublie et suis étonnée par sa construction (sans les coutures). C’est un véritable exercice de pleine conscience : ne pas réfléchir et se laisser porter par le tricot petit à petit, et ça marche ! Je l’ai tricoté en Baby alpaca Drops écru, aiguilles 3,5 il me semble, et taille 6 mois je crois… Même si la définition du point de semis n’est pas parfaite, je trouve que ce fil est vraiment adapté au modèle, chaud et respirant, léger et un soupçon de brillance pour la féminité. Comme son cousin éloigné dans mes amours, le Tomten, il a une durée de vie magiquement étendue. Flore le porte depuis ses 4-5 mois et je pense encore jusqu’à la fin de l’été.

Octobre

IMG_4370 IMG_4373 IMG_4381 IMG_4367

Et pour l’arrivée du frais sur ses petites oreilles d’elfe-muguet, une clochette en alpaga (Alpaca drops blanc) ; modèle Bellegarde issu du livre de la Droguerie Rêve de bébé. Tricoté en quelques petites heures égrenées par-ci par-là, c’est un très joli petit bonnet. J’ai voulu le tricoter en rond mais ai fait une erreur de débutante en conservant les mailles de bordure, pas grave, une bande verticale est plus épaisse et nous indique l’arrière du bonnet, mais à refaire, je ferais attention !

Et voilà ! Un peu de musique pour finir la semaine en grande douceur, ici.

Publié dans La vie au terrier | 2 commentaires

Rétrospective 2015 : Vie

De la vie encore ici ? Oui ! Toujours par grains, rares mais florissants !

Si 2015 a laissé vivre le dur, le doute, le froid, elle a aussi su rassembler. Du côté de la vie, les vivants que nous sommes, que nous avons la chance d’être.

Il y a eu de la joie. De la (ré)création. Beaucoup de bon(bons). En partage ici, un peu des nôtres. Puissent-ils vous toucher doux, là où.

(Vous retrouverez des pièces de mon carnet créatif déjà présentées, et en apercevrez des retardataires, qui attendent leur heure, mais ont déjà pris place dans nos vies)

abelrêve olymperoma grimaceAbel autoportraitGustave-Courbet-Autoportrait-1844-45 spectacleabel5ansAbel floredoudous tomten tomtenolympe tomtenflore coursepommieres cochonpendu floredoigts abeldocteurfamily abeloperasiesteflore

Un ciel prometteur. Des bouderies dans une robe Roma rose qui brille. Des yeux qui cherchent à se déclore. Un désespéré plein d’espoir. Un loup. Cinq bougies avec un souffleur en renfort. Trois Tomten jackets tricotés pleins d’amour. Des songes tous neufs en bonne compagnie. La rue des Pommières au printemps. Du repos. De la santé assurée. Première photo de famille à cinq. Un rat mangé par un serpent à l’opéra. De la tendresse, beaucoup.

(Merci à Martin pour avoir capturé avec tant de grâce ces petits et grands moments ensemble).

libre1 libre2 jesuislibreabelBelle suite, arrivée du printemps, retour plutôt, car ça tourne, toujours !

(et notre broderie mère/fils pour le projet couverture d’une aiguillée sauvage)

Publié dans La vie au terrier | 13 commentaires

La suite du voyage

Au pays imaginaire, toujours. Après les enfants perdus retrouvés, un océan de tendresse. Une queue de sirène pour envelopper Flore pendant ses siestes. J’adore cette idée de voyager en rêvant, de douceur sous-marine, de flots songeurs.

sirenetn1 sirenetn2 sirenebeluga

La patron est le Mermaid Cocoon New born de Angie Hartley, trouvé sur Ravelry, ici. Comme Flore avait déjà presque six mois quand je l’ai commencée j’ai agrandi un peu le tour initial, et j’ai eu tort ! Il faudrait que je passe un ruban à la ceinture pour l’ajuster parce qu’avec les petits pas de danse en l’air elle a tendance a glisser. Je l’ai rallongée aussi un peu (pour ça j’ai bien fait). Je l’ai tricotée en drops baby merinos, très chouette et superwash, en double avec des aiguilles circulaires n°5 ; 4 pelotes et il m’en reste ! Y ai ajouté un fil argenté qui fait un effet boeuf mais qui j’avoue n’est pas idéal avec ce point : sur les mailles glissées ça s’agrippe un peu partout comme les mains de la demoiselle et ça se dépiaute légèrement.

sirène requin sirenetn3

Outre ces petites choses, je l’adore, je trouve l’idée très ingénieuse et terriblement mignonne. Si j’y avais pensé plus tôt, ça m’aurait été très utile pour les longs moments passés avec ma toute-petite dans les bras et sur mon coeur, où la couverture finissait toujours par glisser. Mais je pense qu’elle en profitera quand même encore un bon petit temps, surtout si je relève le défi des ajustements (une fois terminé mon ouvrage, il me faut toujours beaucoup de courage pour y revenir quand le besoin se fait… Sainte Feignasse…)

sirenequeue sirenetn4 sirenetirelalangue

Et pour terminer le voyage, un poème qui m’est très cher, celui des commencements et des fins, qui m’accompagne, dans ces moments-là, où je flotte.

Va et vient de la tendresse
Qui arrive ou se retire
Comme un rêve d’enfant,
Manipulant des distances
Qui s’écourtent ou s’allongent
Sans changer de mesure.

La rencontre et la séparation
Occupent le même espace,
Qui s’éveille parfois vers un côté
Et parfois vers l’autre
Comme un homme dans son lit,
Qu’il soit seul ou non.

La tendresse dissout
Cette ligne illusoire
Qui partage les eaux
De la séparation et de la rencontre.

Près et loin n’existent pas.
La tendresse les crée
Comme la mer crée la plage
avec le bord insaisissable
De ses sages marées.

Roberto Juarroz

 

 

 

Publié dans Poète pouet, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 16 commentaires

Invitation au voyage

Quand Thread and Needles a annoncé son concours sur le thème des voyages, j’ai tout de suite pensé à ma mini jupe imaginaire en wax ; grand écart parfait entre les précieux tissus voyageurs sénégalais et mes envies modettes du moment.

Mais deux choses se sont imposées à moi : le poids encore tout frais des grossesses et les nouvelles enfances à la maison. Depuis qu’ils m’habitent, tous les trois, mes enfants, ma façon de voyager a changé. J’ai toujours la bougeotte, mais elle est plus intérieure, et cette invitation au voyage, je la vis en-dedans, pour moi et par eux. Je ne parcours plus le monde, ou pas trop loin ; mais je le refais, par d’autres chemins.

C’est pourquoi j’ai pensé ce petit manteau d’automne, trouvé dans un livre à la bibliothèque et bidouillé à ma sauce pour Olympe, bondir dans les feuilles mortes en chantant du Prévert/Kosma. Il me fait penser aux vêtements des enfants perdus de Peter Pan, au pays imaginaire. Voyage qui m’a longtemps fait rêver…

jetée lapinchâteau2 lapinchâteau lapinchâtau3

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

tnlapinmuret lapinmuret lapinmuret2 abelmuretDes meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

tnlapindevant lapinoreilles2 lapinoreilles lapinfeuillesVois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire

abelfeuilles

tnlapindos tnlapinpoche tnlapinfeuilles

Pays caché, entre deux nuages argentés. Qui brillent.

lapinnuage tnlapinnuageLe lainage gris merveilleusement doux et moëlleux vient du vide-atelier d’Albane Olika, que je ne saurais que trop conseiller aux lyonnaises. La doublure est en Liberty Betsy Ann (j’avais pour unique consigne d’y mettre du « ose », défi relevé). Les petits nuages viennent de chez Madame Mademoiselle. Le patron est tiré du livre « Vêtements à coudre pour petits sauvages », coupé en taille M pour Olympe qui porte du 2/3 ans du commerce (je pense quand même qu’on a de la marge et qu’il nous fera encore deux ou trois bonnes mi-saisons).

tnlapinintérieur

Je me suis servie du patron pour l’extérieur du manteau et ai un peu modifié la doublure, je n’ai pas tellement suivi les explications que je trouvais farfelues et n’ai pas utilisé de biais pour assembler l’extérieur et la doublure, j’ai simplifié et ajouté une surpiqure pour bien finir. Pour la fermeture j’ai utilisé trois grosses pressions au lieu des liens prévus, et j’avoue être plutôt très contente du résultat. C’est un parfait petit manteau de mi-saison, qui reste classique mais étonne et égaye par ses longues oreilles et sa capuche museau.

Je vous laisse en musique, voyager encore, et vous invite à admirer les autres réalisations, inspirations automnales, brises encore douces et qui portent.

arbrisseau lapindans les bras

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette, Poète pouet | 21 commentaires

Hic et Nunc #2

On continue la collection de vieilleries avec un déguisement qu’Abel a beaucoup porté et porte encore, il m’avait demandé un loup :

loup1 loup2 loup4 loup5La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
– Sire, répond l’Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d’Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
– Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
– Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ?
Reprit l’Agneau, je tette encor ma mère.
– Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
– Je n’en ai point. – C’est donc quelqu’un des tiens :
Car vous ne m’épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l’a dit : il faut que je me venge.
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l’emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Le loup et l’agneau, Jean de la Fontaine

mouton1 mouton2 mouton3Je me suis servie d’un patron japonais de veste à capuche issu du hors-série Coudre c’est facile n°3 spécial enfants. Super base très simple avec raglans, idéale pour improviser un déguisement. J’ai trouvé les tissus chez Toto à Lyon, du minky noir pour le loup et de la peluche pour le mouton, ai bidouillé les oreilles et bricolé des petits yeux et nez au crochet. Les babines sont coupées dans des chutes de feutrine.

***

Goûtez bien ce début de printemps en ce début d’automne et profitez encore du presque équinoxe et des commencements… Vous souhaite une belle semaine, tous.

loup-agneau-3

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette | 13 commentaires

Hic et Nunc #1

Paradoxe. Je me rappelle l’odeur du moment où j’ai découvert ce mot qui m’est si cher et précieux aujourd’hui. J’y pense car je voulais vous présenter une série de vieilleries qui me sont chères et qui ne prennent pas une ride. Elles attendaient leur heure, c’est tout. Je voulais aussi vous parler du bonheur d’être Ici, et Maintenant. Paradoxale.

pomme1 pomme2 pomme3

Je traîne. Et pourtant de jolis projets fleurissent au terrier. Il faut dire qu’avec toute la vie à vivre en ce moment chez nous… ça balance ! Et c’est bon d’en profiter, être Hic et Nunc donc (ce qui en soi est un sacré défi pour moi, mais je me soigne), ni avant ni après, juste là, avec eux. Les regarder s’émerveiller et se questionner sur les beautés et laideurs du monde alentours, élargir leurs tours. Abel est déjà loin, cerceaux planétaires, le système solaire ; pour Olympe cerceaux de princesse en ce moment (on n’y coupe pas ou alors si vous avez la recette…) et pour Flore le cercle de ses mains qui tournent de plus en plus précisément et toujours avec autant de grâce.

plantignon1 plantignon2 plantignon4grelots1 grelots2  C’est pourquoi je m’étire. Mais l’envie d’être ici, au jardin, reste présente. J’ai envie de lui refaire une petite beauté  (ai mis M. Minouchet sur le coup il y a une petite année la toile c’est son domaine mais il a un certain côté Pénélope donc j’attends) et partager davantage sur ce blog, vous préparer des petites recettes, modestes, de mes créations. Je continue à photographier mes bidules pour vous présenter tout ça, et garder trace. A l’image de notre terrier c’est un peu le bazar. Mais c’est aussi ce qui fait charme.

pâques1 pâques2La petite pomme de reinette pour le premier anniversaire d’une petite Lila. Le modèle vient de chez Tournicote à cloche-pieds. Je l’ai réalisée dans un coton d’épaisseur moyenne crochet 4 et y ai glissé un fil doré Drops. Très facile à faire, une heurette. Cadeau parfait pour un tout-petit, joli dans la chambre, rigolo dans les mains ou à faire rouler au sol, rond en bouche…       ***       La couverture cerf-volant du livre « Layette » de Nadia Crétin-Léchenne, en Gilliat de De Rerum Natura, coloris Nuit d’été, 2 écheveaux, aiguilles 5. Douce couverture au point de semis pour un petit grain de blé tendre bien germé. Bien arrivée en Bretagne où elle est vite allée enrober son petit propriétaire enrhumé… Très agréable à tricoter, plutôt rapide et simple avec la fantaisie du biais, un joli projet.      ***     Le hochet grelot est une invention bête à base de cordon et grelots Petit Pan et de noeuds imaginaires. Succès fou.     ***     Petit Henry’s Bunny de Sara Elizabeth Kellner pour la première Pâque de Céleste, en Drops alpaca, je pourrais récidiver encore mille fois tellement je le trouve trognonissime. D’ailleurs je me le noterai.

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette, La vie au terrier, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 7 commentaires

De Syracuse à Célesteville

Pour nos petites nièces Moïra et Céleste, des petits présents câlins pour leurs saisons, l’une en été l’autre en hiver…

Syracuse Syracuse2 Syracuse3 Syracuse4 Syracuse5Pour Moïra une robe Syracuse de C’est Dimanche, dans un voile de coton vert doublé, le col dans une cotonnade à pommes et un gros ruban de satin au dos pour le chic. Un modèle très agréable et rapide à coudre, sans aucune difficulté particulière, c’est la robe à faire le matin du départ pour glisser dans la valise illico presto. Parfait pour les longs jours chauds et les rêveries estivales, j’espère qu’elle s’y trouvera bien dedans.

Céleste Céleste2 Céleste3Et pour Céleste un doudou en alpaga et velours de coton bio très très doux pour réchauffer les longues nuits d’hiver… Le modèle est de Sarah Elizabeth Kellner, trouvé sur Ravelry. Un peu long et compliqué, mais ça vaut vraiment le coup, c’est très chouette de voir la bête prendre forme sous les aiguilles…

***

Retour en été, et je vous le souhaite, beau, doux, lent, léger… Profitez !

 

 

Publié dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 7 commentaires

Bestioles

Je suis tombée sous le charme de ces bestioles à la tendresse et aux visages infinis en feuilletant le livre Tendre Crochet de Tournicote à cloche-pieds. Si simples qu’elles laissent toute la place à l’imagination. Des petites conscience à la Jiminy Cricket, qui se glissent aisément dans la poche ou sous l’oreiller…

2bestioles bestioleabel bestioleolympePour mes grands des petits-doux à bisous pour les moments où je ne suis pas là et qu’il y en a besoin (les baisers y sont tendrement glissés et peuvent se poser à n’importe quel moment).

Léonie4 Léonie3 Léonie2 Léonie5Pour Léonie, petit lion-souris, un ensemble  pour réchauffer son entrée au monde. Les chaussons et le bonnet viennent du livre Le troisième bébé de la Droguerie. En Drops Alpaca, comme les premiers.

Solveig1 Solveig2Et pour Solveig, un Jiminy Hochet, un brin plus grand et en coton cette fois-ci, de chez Rico Design (crochet n°4 ou 4,5, mais ne me rappelle plus le nom du fil). J’y ai inséré une petite boîte ovale de Kinder® remplie de grelot, pour la surprise ! Les chaussons sont issus du même livre de la Droguerie.

 

 

Publié dans Captain Hook | 1 commentaire

Tapis volant

Une petite couverture de voyage pour suivre Flore dans ses pérégrinations. Toute simple et terminée juste avant le grand (voyage).

couv2

J’aime la simplicité de sa construction, la rondeur du point mousse qui reste mon moelleux favori et le rehaut des petites vagues en bordure qui donnent ce qu’il faut de fantaisie pour inviter au voyage et aux rêves.

couv4

Je me suis dit qu’un petit tuto pour les grands débutants en tricot pourrait être chouette, alors tuto tout bête, mais tuto quand même (le premier ici d’ailleurs !) :

Ingrédients : 5 pelotes de couleurs assorties d’ecobaby de Debbie Bliss (trouvées chez Lil Weasel pour ma part) , une paire d’aiguilles entre 3 et 3,5 (3,25 pour ma part) ou une aiguille circulaire de même diamètre (longueur 60 ou 80 cm).

Monter 128m avec le coloris 1. Pour tout l’ouvrage, glisser la première maille de chaque rang (la passer sur l’aiguille droite sans la tricoter) afin d’avoir une jolie bordure.

Rang 1 : tricoter tout à l’endroit.

Rang 2 : tricoter tout à l’envers.

Rang 3 : 1 maille endroit puis répéter

*3x 2 mailles ensemble à l’endroit (passer l’aiguille droite dans les 2 premières mailles de l’aiguille gauche et les tricoter ensemble afin de n’avoir qu’une seule maille sur l’aiguille droite)

6x (jeté, 1 maille endroit) (pour le jeté, ramener simplement le fil sur le devant de l’ouvrage afin de créer une nouvelle maille, puis tricoter la maille suivante normalement, un nouveau brin apparaît sur l’aiguille droite)

3x 2 mailles ensemble à l’endroit*

Terminer par une maille à l’endroit.

Rang 4 : tout à l’endroit.

Couper le fil.

Reproduire ces 4 rangs avec le coloris 2, puis avec le coloris 3.

Continuer tout à l’endroit (point mousse) avec le coloris 4 sur 44 rangs (soit 22 barres de mousse) ; puis avec le coloris 5, 1, 2 et 3. Attention, ces indications sont données si vous utilisez la même qualité de fil ; autrement, veillez à laisser assez de fil pour les vagues de la fin (vous pouvez pour cela peser la pelote une fois la première vague terminée afin d’estimer combien de grammes elle nécessite).

Et à nouveau des vagues pour terminer ! Avec le coloris 4 :

Rang 1 : tout à l’endroit.

Rang 2 :

1 maille endroit puis répéter

*3x 2 mailles ensemble à l’endroit (passer l’aiguille droite dans les 2 premières mailles de l’aiguille gauche et les tricoter ensemble afin de n’avoir qu’une seule maille sur l’aiguille droite)

6x (jeté, 1 maille endroit) (pour le jeté, ramener simplement le fil sur le devant de l’ouvrage afin de créer une nouvelle maille, puis tricoter la maille suivante normalement, un nouveau brin apparaît sur l’aiguille droite)

3x 2 mailles ensemble à l’endroit*

Terminer par une maille à l’endroit.

Rang 3 : tout à l’envers.

Rang 4 : tout à l’endroit.

Couper le fil, reproduire ces 4 rangs avec le coloris 5 et si il reste assez de fil avec le n°1.

Rabattre les mailles à l’endroit au rang 4 du dernier coloris. Laver, bloquer en donnant bien la forme aux vagues (à l’aide d’épingles)

couv2

J’espère que ce petit tapis volant coloré enveloppera bien des petits humains avenir… Et en attendant, chez nous…

couv1

Publié dans Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis... | 13 commentaires

Flore

Petite Poucette rêveuse a trouvé son chemin. Flore est née le 1er mai coiffée d’une petite clochette comme un brin de muguet sur son doux duvet châtaigne…

Pieds Flore Petite main Flore

 

Un arbre enveloppe un nuage,

un oiseau enveloppe l’arbre

et une plume de l’oiseau disperse l’air

pour faire face au signe maintenant là.

 

Ce qui enveloppe est enveloppé par ce qu’il enveloppe

mais le signe nouveau passe justement

entre l’enveloppé et ce qui enveloppe

et défait le paquet.

Le soir devient un dieu.

 

Un arbre descend alors d’un nuage,

le nuage descend d’un oiseau

et une plume de l’oiseau écrit le nouveau signe

sur le versant qui vient d’être dégagé.

 

Roberto Juarroz, Poésie verticale (III, 6b)

pâquerettes OlympePetite histoire des jeux floraux, ludi florales (source la célèbre encyclopédie libre dont il faut trier les données, mais celles-ci le sont bien, données).

« Les Jeux floraux (en latin ludi florales), également appelés Floralies ou Floralia, étaient des fêtes célébrées dans la Rome antique en l’honneur de la déesse Flore, déesse, d’origine sabine, des fleurs, des jardins et du printemps, dont le culte fut établi à Rome par Titus Tatius, roi légendaire de Cures (ou Quirium), chez les Sabins, roi de Rome, dont il partagea le trône avec Romulus.

Les Jeux floraux étaient parmi les plus anciens célébrés à Rome même du 27 avril au 2 mai, instituées en 173, par les édiles curules en l’honneur de la déesse Flore. Ils furent ensuite introduits dans tout l’Empire, au fur et à mesure des conquêtes, et fort appréciés des peuples conquis en raison de leur caractère licencieux. »

Publié dans La vie au terrier | 8 commentaires