Invitation au voyage

Quand Thread and Needles a annoncé son concours sur le thème des voyages, j’ai tout de suite pensé à ma mini jupe imaginaire en wax ; grand écart parfait entre les précieux tissus voyageurs sénégalais et mes envies modettes du moment.

Mais deux choses se sont imposées à moi : le poids encore tout frais des grossesses et les nouvelles enfances à la maison. Depuis qu’ils m’habitent, tous les trois, mes enfants, ma façon de voyager a changé. J’ai toujours la bougeotte, mais elle est plus intérieure, et cette invitation au voyage, je la vis en-dedans, pour moi et par eux. Je ne parcours plus le monde, ou pas trop loin ; mais je le refais, par d’autres chemins.

C’est pourquoi j’ai pensé ce petit manteau d’automne, trouvé dans un livre à la bibliothèque et bidouillé à ma sauce pour Olympe, bondir dans les feuilles mortes en chantant du Prévert/Kosma. Il me fait penser aux vêtements des enfants perdus de Peter Pan, au pays imaginaire. Voyage qui m’a longtemps fait rêver…

jetée lapinchâteau2 lapinchâteau lapinchâtau3

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

tnlapinmuret lapinmuret lapinmuret2 abelmuretDes meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

tnlapindevant lapinoreilles2 lapinoreilles lapinfeuillesVois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire

abelfeuilles

tnlapindos tnlapinpoche tnlapinfeuilles

Pays caché, entre deux nuages argentés. Qui brillent.

lapinnuage tnlapinnuageLe lainage gris merveilleusement doux et moëlleux vient du vide-atelier d’Albane Olika, que je ne saurais que trop conseiller aux lyonnaises. La doublure est en Liberty Betsy Ann (j’avais pour unique consigne d’y mettre du « ose », défi relevé). Les petits nuages viennent de chez Madame Mademoiselle. Le patron est tiré du livre « Vêtements à coudre pour petits sauvages », coupé en taille M pour Olympe qui porte du 2/3 ans du commerce (je pense quand même qu’on a de la marge et qu’il nous fera encore deux ou trois bonnes mi-saisons).

tnlapinintérieur

Je me suis servie du patron pour l’extérieur du manteau et ai un peu modifié la doublure, je n’ai pas tellement suivi les explications que je trouvais farfelues et n’ai pas utilisé de biais pour assembler l’extérieur et la doublure, j’ai simplifié et ajouté une surpiqure pour bien finir. Pour la fermeture j’ai utilisé trois grosses pressions au lieu des liens prévus, et j’avoue être plutôt très contente du résultat. C’est un parfait petit manteau de mi-saison, qui reste classique mais étonne et égaye par ses longues oreilles et sa capuche museau.

Je vous laisse en musique, voyager encore, et vous invite à admirer les autres réalisations, inspirations automnales, brises encore douces et qui portent.

arbrisseau lapindans les bras

Cette entrée a été publiée dans Cousette cousette, t'as une drôle de binette, Poète pouet. Placez un signet sur le permalien.

21 Responses to Invitation au voyage

  1. Ah … Je voulais voir ce petit lapin en détail ! C’est fait ! Merci pour ce moment poétique …

  2. Mélissa dit :

    Trop trop beau ce manteau… Et je crois que le mieux, c’est l’étiquette de marque… Tellement poétique !

  3. Junelle dit :

    Je trouve ce manteau adorable, il va très bien à ta puce. Bravo!

  4. Lucie-pao dit :

    Ce qu’Abel a grandi ! Ce que c’est beau ! Peau d’âne !
    Tout est beau, les photos, les enfants, les vêtements, même les doublures, même les étiquettes !

  5. Lucie-pao dit :

    Lui – Ta poitrine sur ma poitrine,
    Hein ? nous irions,
    Ayant de l’air plein la narine,
    Aux frais rayons

    Du bon matin bleu, qui vous baigne
    Du vin de jour ?…
    Quand tout le bois frissonnant saigne
    Muet d’amour

    De chaque branche, gouttes vertes,
    Des bourgeons clairs,
    On sent dans les choses ouvertes
    Frémir des chairs:

    Tu plongerais dans la luzerne
    Ton blanc peignoir,
    Rosant à l’air ce bleu qui cerne
    Ton grand oeil noir,

    Amoureuse de la campagne,
    Semant partout,
    Comme une mousse de champagne,
    Ton rire fou :

    Riant à moi, brutal d’ivresse,
    Qui te prendrais
    Comme cela, – la belle tresse,
    Oh ! – qui boirais

    Ton goût de framboise et de fraise,
    O chair de fleur !
    Riant au vent vif qui te baise
    Comme un voleur,

    Au rose églantier qui t’embête
    Aimablement:
    Riant surtout, ô folle tête,
    A ton amant !….

    ……………………………….

    – Ta poitrine sur ma poitrine,
    Mêlant nos voix
    Lents, nous gagnerions la ravine,
    Puis les grands bois !…

    Puis, comme une petite morte,
    Le cœur pâmé,
    Tu me dirais que je te porte,
    L’œil mi fermé..

    Je te porterais, palpitante,
    Dans le sentier:
    L’oiseau filerait son andante:
    Au Noisetier…

    Je te parlerais dans ta bouche:
    J’irais, pressant
    Ton corps, comme une enfant qu’on couche,
    Ivre du sang

    Qui coule, bleu, sous ta peau blanche
    Aux tons rosés:
    Et te parlants la langue franche….
    Tiens !… – que tu sais…

    Nos grands bois sentiraient la sève
    Et le soleil
    Sablerait d’or fin leur grand rêve
    Vert et vermeil.

    …………………………….

    Le soir ?… Nous reprendrons la route
    Blanche qui court
    Flânant, comme un troupeau qui broute,
    Tout à l’entour

    Les bons vergers à l’herbe bleue
    Aux pommiers tors !
    Comme on les sent tout une lieue
    Leurs parfums forts !

    Nous regagnerons le village
    Au ciel mi-noir;
    Et ça sentira le laitage
    Dans l’air du soir;

    Ça sentira l’étable, pleine
    De fumiers chauds,
    Pleine d’un lent rhythme d’haleine,
    Et de grands dos

    Blanchissant sous quelque lumière;
    Et, tout là-bas,
    Une vache fientera, fière,
    À chaque pas…

    – Les lunettes de la grand’mère
    Et son nez long
    Dans son missel: le pot de bière
    – Cerclé de plomb,

    Moussant entre les larges pipes
    Qui, crânement,
    Fument: les effroyables lippes
    Qui, tout fumant,

    Happent le jambon aux fourchettes
    Tant, tant et plus:
    Le feu qui claire les couchettes
    Et les bahuts.

    Les fesses luisantes et grasses
    D’un gros enfant
    Qui fourre, à genoux, dans les tasses,
    Son museau blanc

    Frôlé par un mufle qui gronde
    D’un ton gentil,
    Et pourlèche la face ronde
    Du cher petit…..

    ………………………..

    Que de choses verrons-nous, chère,
    Dans ces taudis,
    Quand la flamme illumine, claire
    Les carreaux gris !…

    – Puis, petite et toute nichée
    Dans les lilas
    Noirs et frais : la vitre cachée,
    Qui rit là-bas….

    Tu viendras, tu viendras, je t’aime !
    Ce sera beau.
    Tu viendras, n’est-ce pas, et même…

    Elle. – Et mon bureau ?

    • lucille dit :

      Merci pour ce long moment de poésie qui lance un petit cinéma plein d’élan à l’intérieur. C’est de qui et d’où ? Toi ?
      Et oui tu as vu il faut vite que vous reveniez nous visiter. On viendra peut-être en juillet, vous nous trouverez un bout de coin ? Pour peau d’âne il manque la robe couleur de lune ça ne saurait tarder j’ai de la demande côté princesse 😉

      • Lucie-pao dit :

        De moi bien sûr ! 😀 Nan de Rimbaud, en fait.

        Venez en juillet, prévenez vite des dates, faut qu’on s’arrange pour être là !

        J’attends la robe couleur de lune avec impatience.

        • lucille dit :

          Ouiiiii ! Alors pour Rimbaud soit Alzheimer me guette, soit je ne l’ai jamais lu, ce qui m’étonnerait… Je dois commencer à valser sur la mauvaise pente, mais merci pour cette belle redécouverte ma Pao.

  6. C’est adorable! Qu’elles sont mignonnes ces petites oreilles et qu’est-ce qu’Olympe les porte bien! A croquer!

    • lucille dit :

      Merci Julie ! Oui j’ai adoré ces longues oreilles caressantes pour les petites joues rougies par les premiers matins frais. Olympe l’adore ! Si tu as l’occasion de le feuilleter, ce livre est sympa, parfois un peu sibyllin mais plein de bonnes idées.

  7. Héliss dit :

    Comme ils sont grands tes petits !
    Et ce manteau est magnifique ! Un vrai coup de cœur !

    Bises à partager

  8. Bichonchette dit :

    Ah j’adore, c’est trop chou ces oreilles pendantes. Chez moi il y a un débat très vif qui porte sur les lapins : plus mignon avec les oreilles dures ou les oreilles molles ? J’avoue que je craque pour ce lapinou là… *_*

    • lucille dit :

      Moi j’aime les oreilles molles… De lapin ou de bébé ou de chat quand tu les caresses et que ça fait comme les tentes 2 secondes en remontant… 🙂

  9. Quel chouette billet! Bravo pour ce beau manteau et toute la poésie qui l’entoure! Tout ça me donne envie de découvrir ton univers!

  10. Mag dit :

    La Grande petite porte la poésie de sa mère sur son dos ou sa tête…
    J’adore la voir étirer les oreilles entre ces deux mains menues !
    Charmant voyage que le tien !
    Et puis, a déroulé en moi ce Baudelaire-là que j’avais dû apprendre par coeur jadis !
    La bise De Mars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*