Città eterna

Printemps 2014. Retour aux sources-fontaines encore bien vives. Beaucoup de joie à retourner sur ces terres colorées, à se laisser porter par l’air rieur de ses ruelles bien vertes en cette saison. Premier printemps.

Rome23Rome1Revenir avec eux là où j’ai fait mes premiers pas toute seule. Rire avec Abel sur la place du Grillon, sentir Olympe galoper dans mon dos et me faire char-me.

Rome27 Rome25 Rome24 Rome16 Rome6  Rome3

Nous avons fait un détour par la Toscane à l’aller et au retour, pointillés au-dessus des pins parasols, promenades en champ libre, douceur d’être ensemble et ailleurs.

***

Rome39

Mais la ville et l’éternité nous ont tendus leurs bras de pierres toutes fraiches et tendres. Sur les fori romains on a vu un ver de terre immense et goûté un soleil plein en essayant de fuir la lave qui courait entre les dalles de pierre.  Abel s’est pas mal cramé. On a ri. Les lions se sont abreuvés et nous aussi.

Rome18 Rome38

 

Rome37 Rome17 Rome11Rome2

Un coin de ciel s’est planqué au pli du coup d’un angelot grassouillet.

***

La bouche de la vérité a sucé des sucettes d’un peu loin, deux pièces sont parties rejoindre les eaux riches de la fontaine de Trevi (une pour un voeu et une pour revenir à Rome), les ossements de Saint Valentin ont souri aux amoureux.

Rome36 Rome21 Rome22Rome5Sautillements.

***

Villa Borghese et un chapeau envolé avec ses lunettes de soleil flambantes. Des parties de cache-cache-escalade. Des envolées lyriques et grinçantes de plaisir.

Rome20 Rome19 Rome15 Rome14 Rome10 Rome13 Rome34Des danses endiablées en Trastevere, avec des glaces et des maillots tâchés-lavés dans la fontaine, des bulles enivrantes, un goût de meilleur pour la fin.

Rome28 Rome26 Rome8 Rome7Et quelques mailles pour se réchauffer la justesse de ma jupe Chardon le soir sur la terrasse-jardin-d’hiver-au-printemps : un Liesl d’Ysolda tricoté veloce en Malabrigo Twist coloris Sealing Wax offert par Lil Weasel (encore mille mercis !), 3 écheveaux, 3 boutons coco, une bonne grosse douceur de mi-saison grâce à la dentelle. Des paradoxes qui m’enchantent, un régal à tricoter, (qui grimpe vite aux aiguilles 7 ce qui ne gâche rien). Bref.

Rome40 Rome33 Rome35 Rome32 Rome29 Rome31 Rome30Bref, pas tellement cet article. Mais tant de pépites dans ces moments-là…

Rome9Et comme j’ai presque loupé la belle saison, je vous souhaite d’avance pour ne pas me reretrouver en retard un très bel automne aussi coloré que ce printemps romain. (puis je vous prépare un peu de nouveautés et de vieilleries)

Cette entrée a été publiée dans La vie au terrier, Tricoti tricota, lève l'aiguille et puis.... Placez un signet sur le permalien.

14 Responses to Città eterna

  1. Mélissa dit :

    Waouh ! Elles sont tellement belles ces photos, elles respirent le bonheur ! Je crois que ma préférée, c’est celle où tu montres une carte à Abel…
    Des bises

  2. Héliss dit :

    Comme c’est gentil de nous faire partager votre périple italien ! Les photos sont pleines de vie et donnent envie d’aller s’exposer plus au sud.
    Tes deux anges sont toujours aussi beaux, ah la la… <3
    Ton gilet est superbe, j'adore la couleur que tu as choisie.
    Bises à partager belle Lucille.

  3. Bichonchette dit :

    C’est vrai qu’elle est belle cette fontaine (de Trévi). Elle est mieux vue par Abel. C’est nostalgique-flou-gai tout ça 🙂

  4. Françoise Aumont dit :

    Magnifiques et merveilleuses photos de votre bonheur éclatant … merci de les avoir partagées.

  5. Cindy dit :

    Tout plein de très belles photos. Ma préférée: le manneken pis revisité!
    bon début d’automne à toi.

  6. Mag dit :

    Lumineuses photos d’un certain charme à l’Italienne…
    ça fait plaisir de te lire.
    Bises de Mars

  7. Clairette dit :

    Un large sourire. Trop belles-beaux…

  8. solenn dit :

    Un billet qui met le sourire aux lèvres et qui pétille de bonheur ! Merci de partager ces moments précieux. J’espère que l’automne s’annonce aussi joyeux et je t’embrasse !

  9. Lise dit :

    J’adore tes photos, elles montrent bien ce qui est beau en Italie, et pourquoi on ne rêve que d’y retourner.
    Bisou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*