Rythme

Soutenu ces derniers temps. D’où quelques absences ici, et là. Présence ailleurs. Filante.

chemin chariol

Tempo changeant et questionnant. Créer et s’accorder. Etre ensemble.

Ces derniers temps ont été chargés en vie allegretto, parfois fatigando aussi, on aurait souhaité un simple andante pour concilier ce qui nous meut, au fond. Comme ça :

bulles chariol 1 bulles chariol 2

Créer, s’abreuver, dans tout ça ? S’inspirer, respirer aussi. Trouver le rythme « extérieur », celui qui nous permet de vivre ensemble.

abelolymperussa arbre russa Knossos1 lavaudieu pirates russa

L’autre. Cet autre. Ces autres aussi, et l’exercice se funambulise.

L’autre. Proche ou lointain, des yeux du coeur de la peau des voies respiratoires.

L’autre. Connu ou inconnu. L’entraîner, l’attendre aussi, l’accompagner,  percevoir son rythme « intérieur », aiguiser les sensations du vivant, ensemble.

L’ailleurs. Créer, comme une interaction. Avec l’espace le givre sur la toile d’araignée l’araignée. La confrontation entre ce rythme intérieur et ce rythme extérieur que nous partageons. Rythme des nuages qui s’alourdissent et s’allègent, rythme de l’oiseau qui suit la terre tournée, rythme des mains qui s’atteignent en silence.

Y partir. Seul mais plein d’autres et d’ailleurs. Libre et heureux.

olympevoiturechariol abelarcchariolRythme.

« Sans le rythme, vous n’auriez pas vu le soleil, chaque matin.
Vous n’auriez pu.
Le rythme est intérieur ; il est celui de la fatalité.
Quoi que vous fassiez, vous ne pourriez aller plus vite ni plus doucement.
Vous ne pourriez que vous mouvoir en accord avec votre sang, votre esprit, votre coeur.
En accord.
Vous ne sauriez être en avance ou en retard.
Vous ne le pourriez pas.
Est-il concevable que la lune succède à la lune ? »
Edmond Jabès

L’année neuve s’amène avec un fracassando qui bouscule nos accords et ces voeux.

Je vous souhaite à tous de croire encore. De déjouer les rythmes qui s’emballent. De vous accorder, dedans comme dehors.

Et de continuer à créer. Créer de l’humanité chez l’humain, déjà ; puis de la matière : à rire à penser à écouter à étoffer à lire à rêver à caresser à sentir à voir avec des yeux neufs, eux aussi.

J’ai l’habitude de penser les nouvelles années comme les nouveaux jours, mais pour celle-ci j’ai envie d’imaginer une fracture lumineuse et mouvante, qui nous enjoigne à bondir.

chemin neuf

(Alors encore des bonds et des rebonds ici, que j’espère plus réguliers. Quelques tournants aussi, comme les photos de Martin, qui se remet à bidouiller l’argentique pour révéler les « Silence » entre deux souffles ; et de la poésie empruntée, comme un petit feu doux et vif au coin du jardin).

Cette entrée a été publiée dans La vie au terrier. Placez un signet sur le permalien.

5 Responses to Rythme

  1. Mélissa dit :

    On se croirait en dehors du temps…

  2. Bichonchette dit :

    Bonne année !

  3. Héliss dit :

    Incroyables ces photos !
    Et puis, tes gones sont beaux et grands.
    Bises à partager.

  4. Stefou dit :

    ça fait extrêmement plaisir de te lire mon Luciole, tu es une lumière dans la brume de janvier.
    Photos magnifiques, paroles justes et puissantes… Merci !
    A très bientôt
    T’embrasse

  5. Mag dit :

    Hum quel plaisir délicat de te lire, de vous voir…
    Ici, le début d’année accuse mes traits, Janvier a été rude pour tout le monde et encore pire au Lycée !

    On attend les vacances avec intérêt mais cette année, on est les derniers !
    Bises de Mars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*